Les Dossiers de SPORTS PLUS
Publié dans Non classé

Raymond et l’évolution du jeu

Par ujc, publié le 06/07/2020 à 12h16 - Mis à jour à 12h38
   Réagir
Raymond Martin (en blanc), d'abord joueur puis entraîneur d'une équipe du Cygne Noir à son image.

Le football a révélé Raymond Martin ; quand il jouait, il était tout de suite habité d’une autorité, d’une confiance, d’une sérénité qui lui permettaient, face à n’importe quel adversaire, d’être celui qui décide, celui qui prend l’initiative.

Raymond a fait évoluer le poste de défenseur central.

Pour compenser un physique très moyen, il rayonnait dans un geste technique nouveau à l’époque, le tacle. Il l’avait appris en découvrant dans le journal « Miroir du Football » une décomposition en photos du tacle du grand spécialiste de l’époque, le Martiniquais Daniel Charles-Alfred défenseur central de Nîmes Olympique.

Parce que nous n’avions pas la télé. Parce que nous n’avions pas d’entraineur.

Il a excellé dans un tacle glissé qu’il terminait avec le ballon à ses pieds ce qui le plaçait comme premier organisateur du jeu. Il avait le dribble sûr, en n’importe quelle partie du terrain, y compris sur la ligne de but. Raymond a constitué avec son plus jeune partenaire, le brillant Gérard Pinson, un tandem de centraux qui imposait sa technique, son intelligence, son sens du placement, sa volonté constante de toujours relancer par une passe où en remontant pour amorcer une attaque. C’était Barcelone avant l’heure.

Rappelons que nous étions en 1972, cela fait une quarantaine d’années. Raymond et Gérard pratiquaient l’alternance, ils jouaient décrochés ou en ligne. Écoutons le témoignage récent de Gérard Pinson : « Nous nous amusions à surprendre les attaquants, nous inventions des choses ensemble… ». Ces deux-là étaient très complémentaires, mais même comme défenseurs, ils avaient la créativité qui leur permettait de donner une dimension particulière au jeu, à leur fonction. Quand on a demandé à Gérard Pinson de parler de Raymond, sa première phrase a tout dit sur leur approche du football comme expression de vie : « Raymond c’était le beau et le bon personnifiés. C’est lui qui m’a donné le goût de la belle musique, du beau geste, de l’élégance… »

Le beau geste et l’élégance

Le beau geste et l’élégance, c’était l’école du Cygne Noir des Pératout, Bévert, Franck Louis, mais aussi de Raymond Martin et Gérard Pinson. Le beau geste et le football créatif c’était le Brésil 70, le Brésil 82, plus tard la Colombie 1994 avec le « Toque ». Et puis nous avons vu progressivement évoluer ce jeu de création qui était porté cette fois par le FC Barcelone de Romario, puis Ronaldo ensuite Rivaldo et qui a trouvé sa forme quasi parfaite avec l’arrivée de Ronaldinho et puis enfin ce fut le Barça de Joseph Guardiola avec Messi, Iniesta et Xavi. Nous avons partagé plus d’une cinquantaine d’années d’observation et de lectures du football. Nous avions en commun le goût d’un football intelligent, inventif, respectueux des règles.

Raymond n’est plus, mais il aura eu le bonheur de vivre ce cycle complet du football-art.

Il y a apporté sa contribution. Professeur de sports il a aussi formé de nombreux jeunes en leur inculquant le fair-play dans la vie. Nous avons eu ensemble le plaisir de visiter le temple du beau jeu, le Nou Camp à Barcelone, en juillet 2011.  C’était un signe.

Raymond a disparu le 27 juillet 2012.

Jean MARTIN

 

« Moi, MARTIN Raymond, né un 22 Septembre 1945 au Lamentin, en Martinique. Arrivé à Basse-Terre en 1957, je joue mes premiers matches de football avec les scolaires du Lycée Gerville-Réache et connais mon premier et seul club, le Cygne Noir. Attaquant, à ce moment, j’ai pu avoir le plaisir immense d’évoluer un jour aux côtés des virtuoses qu’étaient les PERATOUT, MOANDA, FRANCILLETTE et tous les autres.
Avec le Cygne Noir, j’ai connu des moments de joies intenses en tant que joueur, dont les plus marquants : champion en 72-73 ; Victoire sur la sélection d’Haïti qui préparait la coupe du monde (4 à 1); Match nul avec l’America Football club du Brésil (1 à 1) qui possédait en son sein ABEL et ZEZINAO, deux pré-sélectionnés du Brésil; la coupe des DOM TOM en 1973 après notre victoire sur la Réunion 2 à 1 à Marseille. Un match mémorable contre le C.A Montreuil et les rencontres face à Valencia et Deportivo Cali au Venezuela et à Pasendu au Brésil. Si j’ai débuté comme attaquant, le poste dans lequel je me suis surtout exprimé a été celui de libéro. »

 

DOSSIER : Les 90 ans du CYGNE NOIR

  1. Editorial
  2. Il était une fois….Guy Pératout
  3. L’équipe de rêve
  4. Raymond et l’évolution du jeu

 

Réagissez à cet article

Votre réaction

Vous devez être connecté pour laisser une réaction : Connexion »

» Voir les Conditions Générales d’Utilisation

Réactions - Signaler un contenu illicite



Rejoignez le Team Antilles-SPORT
© Antilles-SPORT.com 2020 - Tous droits réservés | CGU | CGV | Contacts | Partenariat | Publicité
Réalisé par CréolWeb

Antilles-SPORT.com, journal de l'information sportive des Antilles-Guyane. proprose à ses lecteurs de retrouvez en temps réel toute l'actualité du sport (du football au beach-volley) en Guadeloupe, Martinique, Guyane et dans la Caraïbe. Les résultats, les classements, les images, les analyses, les interviews, les rendez-vous sportifs et bien d'autres sujets, sont sur Antilles-SPORT.com, la référence de l'actualité sportive en ligne aux Antilles-Guyane.